www.unemamancommelesautres.com

Article

Mes meilleurs amis

 

Mon meilleur ami est mort et jamais personne ne pourra remplacer la complicité que j'avais avec lui. J'ai partagé 20 ans à ses cotés. Les premières conneries, nous les avons fait ensemble. Les premières sorties, nous les avons fait ensemble. On a partagé tellement. Des soirées entières à papoter, à rester là et parler de nos vies respectives. De ce que nous allions en faire, de ce que nous ferions quand nous serions vieux, car rien ni personne ne pouvaient se mettre en travers de notre chemin. Puis, il est tombé malade, et il est mort, à 30 ans !

 

Il y a bien ma poulette, avec qui j'ai partagé également bien d'autres choses. C'est mon double, celle que j'aime de fraternité. Celle dont j'ai été témoin de mariage, mais que la vie éloigne. Je suis si triste qu'elle soit loin et en même temps bien soulagée car j'aurais trop peur de la perdre si elle était tous les jours à mes cotés. Je suis chiante, il faut l'avouer, et nous n'avons plus 20 ans. Nous aspirons à moins de choses communes, nous n'avons plus les mêmes besoins dans la vie.

 

Il y a également ces amis qui sont encore plus loin. Ceux que vous n'avez pas vu depuis 10 ans au moins, mais qui reste là, toujours aussi proche de vous par une petite pensée, un like sur FB ou une proposition de décompresser chez eux, loin de votre quotidien.

 

Et puis il y a les amis proches. Ceux qui sont là tous les jours. Avec qui vous passez vos soirées à 6 à 8, un coup chez l'un, un coup chez l'autre. Ceux avec qui vous voyez respectivement grandir vos enfants. Ceux avec qui vous discutez de votre train train quotidien sans jamais leur parler vraiment de vos problèmes. Ceux qui parfois vous blesse d'un coté mais vous pardonne de l'autre. Ceux dont l'amitié est fragile mais dont vous ne pourriez pas vous passer sans sombrer dans la dépression.

 

Il y aussi la famille. La famille dont vous devriez profiter plus et partager avec eux de bons moments. Mais c'est cette même famille qui vous poignarde tellement de fois que vous finissez par la faire rétrécir en vieillissant.

 

Et il y a moi. Avec qui je doit vivre tous les jours. Avec qui je dois me battre, ou plutôt que je dois combattre. Cette fille qui se sent enfermée dans une bulle qu'elle a elle même formée. Cette fille qui manque de courage pour sortir des sentiers battus qui la rassure. Cette fille qui parfois devrait apprendre à fermer sa gueule et contenir ses émotions pour ne pas exploser à chaque petite difficulté. Cette fille qui, cette année, doit évoluer.

 

 

 

C'était ma participation à la semaine 1 du projet 52 LFB

 

https://static.blog4ever.com/2014/07/777611/artfichier_777611_5394600_201601054505846.png



05/01/2016
6 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 281 autres membres